Issue
J. Phys. Colloques
Volume 36, Number C3, Septembre 1975
EXPOSÉS et COMMUNICATIONS présentés à la Seconde Conférence Internationale sur les Composés Semiconducteurs Ternaires / Second International Conference on Ternary Semiconducting Compounds
Page(s) C3-17 - C3-24
DOI https://doi.org/10.1051/jphyscol:1975303
EXPOSÉS et COMMUNICATIONS présentés à la Seconde Conférence Internationale sur les Composés Semiconducteurs Ternaires / Second International Conference on Ternary Semiconducting Compounds

J. Phys. Colloques 36 (1975) C3-17-C3-24

DOI: 10.1051/jphyscol:1975303

COMPRESSION TÉTRAGONALE ET BIRÉFRINGENCE DES COMPOSÉS AIIBIVCV2

D. S. CHEMLA1, A. DESCHANVRES2 and B. MERCEY2

1  Centre National d'Etudes des Télécommunications 196, rue de Paris, 92220 Bagneux, France
2  Laboratoire de Chimie Minérale Université de Caen Esplanade de la Paix, 14032 Caen, France


Résumé
L'anisotropie de la structure chalcopyrite par rapport à celle de la sphalérite est caractérisée par deux paramètres structuraux sans dimension τ = 2 - c/a et σ = 4 x - 1. En faisant intervenir d'une part l'encombrement géométrique mesuré par les rayons covalents et d'autre part les différences d'électronégativité dans l'échelle de Phillips, nous avons déterminé une loi générale permettant de décrire les paramètres structuraux des composés AIIBIVCV2. Nous présentons une nouvelle analyse de la biréfringence des cristaux à structure chalcopyrite, basée sur l'utilisation des composantes irréductibles des tenseurs de susceptibilité et de polarisabilité. Cette analyse montre que la contribution prépondérante à la biréfringence de ces cristaux est celle de l'anisotropie des champs locaux et non celle de l'anisotropie des polarisabilités de liaison. Les contradictions rencontrées antérieurement entre l'application de la théorie diélectrique de Phillips et la méthode des orbitales moléculaires sont ainsi levées.


Abstract
The structural anisotropy of chalcopyrite compound to sphalerite may be caracterized by two dimensionless parameters τ = 2 - c/a and σ = 4 x - 1. We have determined a general law describing these two parameters in the crystals of the AIIBIVCV2 family as function of the covalent radii which measure the size effects and the difference in electronegativity in the Phillips scale, which measure the difference of strength in the interactions of the two cations and the anion. We present a new analysis of the birefringence of chalcopyrite crystals, which uses the irreducible components of the susceptibility and polarisability tensors. This analysis shows that the major part of the crystal birefringence is due to local field anisotropy rather than to the bond optical anisotropy. Contradictions encountered formerly between the dielectric theory approach and the molecular orbital approach are explained.