Numéro
J. Phys. Colloques
Volume 32, Numéro C2, Juillet 1971
COLLOQUE SUR LES 'EFFETS D'ANÉLASTICITÉ DUS AUX DÉFAUTS ET AUX TRANSFORMATIONS DE PHASE DANS LES SOLIDES'
Page(s) C2-93 - C2-99
DOI https://doi.org/10.1051/jphyscol:1971220
COLLOQUE SUR LES 'EFFETS D'ANÉLASTICITÉ DUS AUX DÉFAUTS ET AUX TRANSFORMATIONS DE PHASE DANS LES SOLIDES'

J. Phys. Colloques 32 (1971) C2-93-C2-99

DOI: 10.1051/jphyscol:1971220

INTERNAL FRICTION EFFECTS IN AN IRON-24 % NICKEL ALLOY

S. J. FRANKLIN1, D. SIDDELL2 and Z. C. SZKOPIAK1

1  Departement of Metallurgy and Materials Technology University of Surrey Guildford, Surrey England
2  Now at Atlas Steels Company, Welland, Ontario, Canada.


Résumé
La friction interne de l'alliage Fer-24 % Nickel a été étudiée dans un domaine de températures de 20° à 1 100 °C, en montée et descente de température, à une fréquence d'oscillation de 1 Hz. Le spectre de friction interne consiste en cinq pics ayant lieu à 146°, 462°, 519°, 670° et 779 °C durant la montée en température, et de deux pics à 784° et 144 °C durant le refroidissement. Le pic à 460 °C semble être un pic de joint de grains causé par les atomes de fer ou de nickel diffusant à travers l'interface de martensite-austénite. Les pics à 519° et 144 °C semblent être causés par la transformation martensitique. Le pic à 670 °C serait connecté avec la recristallisation du métal après la transformation austénitique. Les pics à 779 et 784 °C peuvent être causés par des relaxations de joint de grains en phase austénitique.


Abstract
Internal friction at a frequency of 1 Hz has been studied in an iron-24 % nickel alloy over the temperature range from 20° to 1 100 °C on heating and cooling. An internal friction spectrum consisting of five peaks occurring at 146°, 462°, 519°, 670° and 779 °C has been observed on heating and of two peaks occurring at 784° and 144 °C on cooling. The 462 °C peak appears to be a grain-boundary relaxation peak involving iron or nickel atoms migrating across the martensite-retained austenite interface. The 519° and 144 °C peaks seem to be caused by the martensitic transformation. The 670 °C peak seems to be connected with the recrystallisation of the material after a reverse martensitic transformation. The 779° and 784 °C peaks have been suggested as being caused by grain-boundary relaxations occurring in the austenite phase.