Numéro
J. Phys. Colloques
Volume 30, Numéro C3, Novembre 1969
COLLOQUE DE " PHYSIQUE FONDAMENTALE ET ASTROPHYSIQUE "
Page(s) C3-126 - C3-131
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphyscol:1969320
COLLOQUE DE " PHYSIQUE FONDAMENTALE ET ASTROPHYSIQUE "

J. Phys. Colloques 30 (1969) C3-126-C3-131

DOI: 10.1051/jphyscol:1969320

IV. C. - A BASSE ET MOYENNE ÉNERGIE ET BASSE DENSITÉ (NUCLÉOSYNTHÈSE).
LA COMPOSITION CHIMIQUE DES ÉTOILES

R. CAYREL

Institut National d'Astronomie et de Géophysique, 92-Meudon, France


Résumé
On décrit les méthodes employées pour effectuer le passage des données de l'observation à la composition chimique des atmosphères stellaires. On indique que ce passage ne peut se faire, dans l'écrasante majorité des cas, que moyennant une hypothèse simplificatrice dite de l'équilibre thermodynamique local. Un aperçu est donné des difficultés que l'on rencontre lorsque l'on veut mettre en pratique une théorie plus générale de la formation des raies. Quelques résultats particulièrement significatifs de l'analyse ou composition chimique des étoiles sont donnés pour terminer.


Abstract
The methods used to transform the observational data into chemical composition of stellar atmospheres are described. This transformation needs, in most cases, the use of a physical working assumption, called hypothesis of local thermodynamic equilibrium. Some insight is given of the difficulties met when one tries to use a more general theory of line formation. A few results of special signifiance in the field of the nuclear composition of stars are given at the end.