Numéro
J. Phys. Colloques
Volume 32, Numéro C1, Février 1971
EXPOSÉS et COMMUNICATIONS présentés à la 7ème CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE MAGNÉTISME 1970
Page(s) C1-1188 - C1-1189
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphyscol:19711426
EXPOSÉS et COMMUNICATIONS présentés à la 7ème CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE MAGNÉTISME 1970

J. Phys. Colloques 32 (1971) C1-1188-C1-1189

DOI: 10.1051/jphyscol:19711426

SPIN WAVE DISPERSION RELATION IN ORDERED Fe3Al

B. ANTONINI1, F. MENZINGER1 and A. PAOLETTI2

1  Laboratorio Fisica Nucleare Applicata, Centro Studi Nucleari della Casaccia del C. N. E. N., Roma, Italy
2  Laboratorio Fisica NucIeare Applicata, Centro Studi Nucleari della Casaccia del C. N. E. N., Roma, Italy and Universita' dell'Aquila, Italy


Résumé
La relation de dispersion des ondes de spin acoustiques dans Fe3Al ordonné a été déterminée par diffusion inélastique de neutrons polarisés. On a effectué des mesures jusqu'à q = 0,33 Å-1 (q : longueur d'ordre de magnon) et les points expérimentaux ont été ajustés grâce à une loi de dispersion polynomiale. La loi qui rend le mieux compte des résultats s'écrit ħ ω = Dq2(1 -βq2) avec D(83 ± 4) meV. Å2 et β(0,l ± 0,6)Å2. La diminution rapide de la constante de rigidité par rapport à celle du fer pur ne s'explique pas uniquement par une simple dilution et suggère que la variation de l'interaction d'échange dans la phase ordonnée doit jouer un rôle non négligeable. D'autre part, la loi de dispersion presque quadratique suggère que l'interaction entre premiers voisins est prépondérante.


Abstract
The dispersion relation of acoustical spin waves in ordered Fe3Al has been determined bu inelastic scattering of polarized neutrons. Measurements have been performed for values of magnon wavevectors q up to 0.33 Å-1 and the experimental points were fitted with a dispersion law of polynomial type. The best fit was found for the law ħ ω = Dq2(1 - βq2) with D = (83 ± 4) meV.Å2 and β = (0.1 ± 0.6)A2. The sharp decrease of the stiffness constant as compared with the one of pure Fe, can not be completely explained by simple dilution and suggests that the variation of the exchange interaction in the ordered phase should play an appreciable role. On the other hand the almost quadratic dispersion law suggests that the nearest neighbours interaction is predominant.