Numéro
J. Phys. Colloques
Volume 32, Numéro C1, Février 1971
EXPOSÉS et COMMUNICATIONS présentés à la 7ème CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE MAGNÉTISME 1970
Page(s) C1-531 - C1-533
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphyscol:19711178
EXPOSÉS et COMMUNICATIONS présentés à la 7ème CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE MAGNÉTISME 1970

J. Phys. Colloques 32 (1971) C1-531-C1-533

DOI: 10.1051/jphyscol:19711178

THERMOELECTRIC POWER AND ELECTRICAL RESISTIVITY OF NI AND FE NEAR THE CURIE POINT

I. NAGY and L. PÁL

Central Research Institute for Physics, Budapest, Hungary


Résumé
La puissance thermoélectrique et la résistivité électrique ont été mesurées près du point de Curie dans le Ni et Fe de pureté à cinq 9. Un point de rupture a été trouvé dans la divergence du coefficient de température de la résistivité dans un échantillon de Ni et dans tous les échantillons de Fe respectivement à ε = |T-Tc|/Tc ≈ 1,6 x 10-3 et à ε = 3,3 x 10-3. La puissance thermoélectrique en fonction de la température montre un minimum, suivi d'un maximum dans le même intervalle de température, où se produit l'écart de la courbe α(T) = dR(T)/dT par rapport au comportement logarithmique. Un certain nombre de ces échantillons de Ni de même pureté ne montre aucune déviation de la dépendance logarithmique et dans ce cas la puissance thermoélectrique a été trouvée être une fonction monotone de la température.


Abstract
The thermoelectric power and the resistivity were measured near the Curie point in five 9's purity Ni and Fe. A break point was found in the divergence of the temperature coefficient of the resistivity in one of the Ni and in all Fe samples, at ε = |T-Tc|/Tc ≈ 1,6 x 10-3 et à ε = 3,3 x 10-3 and ε = 3.3 x 10-3 respectively. The thermoelectric power as a function of the temperature exhibits a minimum followed by a maximum in the same temperature interval in which the deviation from the logarithmic behaviour of the curve α(T) = dR(T)/dT occurs. Some of the Ni samples of the same purity did not show any deviation from the logarithmic temperature dependence and the thermoelectric power was found in this case to be a monotonic function of the temperature.