Numéro
J. Phys. Colloques
Volume 31, Numéro C4, Novembre-Décembre 1970
COLLOQUE SUR LA THÉORIE DE LA STRUCTURE ATOMIQUE
Page(s) C4-211 - C4-211
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphyscol:1970433
COLLOQUE SUR LA THÉORIE DE LA STRUCTURE ATOMIQUE

J. Phys. Colloques 31 (1970) C4-211-C4-211

DOI: 10.1051/jphyscol:1970433

CORRECTIONS RELATIVISTES
RELATIVISTIC ENERGIES OF EXCITED STATES OF ATOMS AND IONS OF THE SECOND PERIOD

J. P. DESCLAUX1, C. M. MOSER2 and G. VERHAGEN3

1  C. E. A., Centre de Limeil, B. P. 27, 94-Villeneuve-St-Georges
2  C. E. C. A. M., Faculté des Sciences, 91-Orsay
3  Service de Chimie Physique Moléculaire, Université Libre de Bruxelles, 1050-Bruxelles (Belgique)


Résumé
La résolution des équations de Hartree-Fock-Dirac permet de calculer les énergies relativistes pour l'ensemble des états J correspondant aux configurations 1 s2 2 sm2 pn (O ≤ m ≤ 2, 0 ≤ n ≤ 6). Les états J calculés sont ceux qui correspondent, pour une configuration, à une valeur propre unique et maximum de l'opérateur J2. De plus, des énergies relativistes moyennes sont obtenues pour toutes les configurations envisagées. On compare les deux ensembles de résultats et dans le cas des configurations 1 s2 2 p, 1 s2 2 p*, 1 s2 2 s2 2 p, 1 s2 2 s2 2 p* on détermine l'écart entre multiplets (E(2P1/2 - 2P3/2)). Ces écarts sont en très bon accord avec les valeurs expérimentales. Les résultats tendent à confirmer l'hypothèse que la contribution relativiste à l'énergie pour les états LS moyennés en J est la même pour tous les états d'une même configuration. Ceci permet d'évaluer les énergies relativistes de tous les états des configurations considérées. On peut alors réévaluer d'une manière plus précise les énergies de corrélation récemment calculées pour ces mêmes états.


Abstract
Relativistic energies are computed for a serie of J states corresponding to 1 S2 2 sm 2 pn (0 ≤ m ≤ 2 ; 0 ≤ n ≤ 6) configurations by solution of the Hartree-Fock-Dirac equations. The J states calculated are those states whose eigenfunctions within a configuration correspond to a unique and maximum eigenvalue of the operator J2. In addition average relativistic energies are obtained for all configurations considered. The two sets of results are compared and in certain cases (the 1 s2 2 p, 1 s2 2 p*, 1 s2 2 s2 2 p, 1 s2 2 s22 p* configurations) permit a determination of multiplet splittings (E(2P1/2 - 2P3/2)). The results of these splittings are in excellent agreement with available experimental results. The present results also tend to confirm the assumption that the relativistic energy contributions for the J averaged LS states are the same for all states arising from the same configuration. This makes it possible to evaluate the relativistic energies of all states belonging to the configurations of interest in this paper. These in turn serve to reevaluate more correctly recently obtained correlation energies for the same states.