Numéro
J. Phys. Colloques
Volume 31, Numéro C4, Novembre-Décembre 1970
COLLOQUE SUR LA THÉORIE DE LA STRUCTURE ATOMIQUE
Page(s) C4-191 - C4-201
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphyscol:1970431
COLLOQUE SUR LA THÉORIE DE LA STRUCTURE ATOMIQUE

J. Phys. Colloques 31 (1970) C4-191-C4-201

DOI: 10.1051/jphyscol:1970431

CANCELLATION EFFECTS IN COMPUTED ATOMIC TRANSITION PROBABILITIES

R. D. COWAN

University of California Los Alamos Scientific Laboratory Los Alamos, New Mexico, U. S. A.


Résumé
La méthode habituelle de détermination des probabilités de transitions atomiques comporte le développement de fonctions d'ondes atomiques suivant des fonctions de base mono-configurationnelles en couplage LS. Il arrive fréquemment que l'on ne puisse avoir confiance dans les valeurs obtenues car il se produit des effets d'annulation provenant du mélange des fonctions de base par couplage intermédiaire et par interaction de configuration. Des exemples, dans les spectres de Ar I, Al I, et Si I, sont discutés. On fait la revue des circonstances générales dans lesquelles les probabilités de transition calculées peuvent être considérées comme les plus sûres.


Abstract
The common method of computing atomic transition probabilities involves the expansion of atomic wavefunctions in terms of single-configuration, LS-coupled basis functions. Calculated values are frequently rendered very unreliable by cancellation effects resulting from intermediate-coupling and configuration-interaction mixing of basis functions. Examples are discussed in the spectra of Ar I, Al I, and Si I. The general circumstances under which computed transition probabilities may be expected to be most reliable are reviewed.