Numéro
J. Phys. Colloques
Volume 29, Numéro C4, Novembre 1968
COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LES COMPOSÉS IV-VI
Page(s) C4-145 - C4-150
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphyscol:1968423
COLLOQUE INTERNATIONAL SUR LES COMPOSÉS IV-VI

J. Phys. Colloques 29 (1968) C4-145-C4-150

DOI: 10.1051/jphyscol:1968423

EVIDENCE FOR FERROELECTRICITY IN IV-VI COMPOUNDS

G. S. PAWLEY

Department of Natural Philosophy - The University, Edinburgh, Scotland


Résumé
Parce que les méthodes habituelles servant à établir le caractère ferroélectrique des cristaux ne sont pas applicables au cas de corps de haute conductivité, on doit alors introduire d'autres moyens basés sur d'autres propriétés ferroélectriques. L'analyse de la structure cristalline peut fournir un modèle montrant la possibilité de polarisation réversible, mais une preuve plus convaincante peut venir de l'étude de la dynamique du cristal. La diffusion inélastique cohérente des neutrons donne les fréquences des modes normaux du cristal et la variation en température de certains modes peut indiquer la ferroélectricité ou l'antiferroélectricité. Des exemples de ces phénomènes sont présentés pour SnTe, suggérant, de plus, que les solutions solides de SnTe avec GeTe forment un vaste domaine où existe le caractère ferroélectrique.


Abstract
Because the usual me thods for establishing ferroelectricity in crystals are not possible for crystals with high conductivities, other ways must be introduced based on other ferroelectric properties. Analysis of the crystal structure can provide a model showing the possibility of reversible polarisation, but more convincing evidence can come from the study of the dynamics of the crystal. Neutron inelastic coherent scattering yields the frequencies of the normal modes of the crystal, and the temperature dependence of certain modes can point to ferroelectricity or antiferroelectricity. Examples of both these phenomena are presented for SnTe, suggesting moreover that the solid solutions of SnTe with GeTe form a wide ferroelectric range.