Numéro
J. Phys. Colloques
Volume 27, Numéro C2, Novembre 1966
COLLOQUE SUR LA SPECTROMÉTRIE DU SOLIDE
Page(s) C2-134 - C2-134
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphyscol:1966236
COLLOQUE SUR LA SPECTROMÉTRIE DU SOLIDE

J. Phys. Colloques 27 (1966) C2-134-C2-134

DOI: 10.1051/jphyscol:1966236

PHOTOÉMISSION A BASSE TEMPÉRATURE D'UN CRISTAL AROMATIQUE PRÉALABLEMENT BOMBARDÉ PAR DES ÉLECTRONS

Marcel BÉNARROCHE

Laboratoire de Physique P.C.B.I., Faculté des Sciences de Marseille


Résumé
Des séries quasi hydrogénoïdes ont été observées sur les spectres d'absorption S-S de nombreux cristaux aromatiques purs, à basse température. Afin d'avoir confirmation de la nature (excitonique non) de ces séries, on a étudié à basse température, la photoélectricité externe d'une de ces substances cristallisées : l'hexaméthylbenzène. Cependant, le seuil photoélectrique des cristaux aromatiques étant décalé vers les grandes énergies par rapport à la première bande d'absorption U. V., on a dû d'abord (par analogie avec les expériences d'Apker et Taft) déplacer ce seuil vers les basses énergies. Ceci est obtenu, non pas en créant des centres F, mais en soumettant le cristal à un bombardement d'électrons. La courbe de réponse photoélectrique du cristal ainsi traité débute alors dans la même région de fréquence que le spectre d'absorption et présente même un maximum au voisinage du niveau n = 1 de la série, ce qui confirme la nature excitonique de la série quasi hydrogénoïde observée.