Numéro
J. Phys. Colloques
Volume 27, Numéro C2, Novembre 1966
COLLOQUE SUR LA SPECTROMÉTRIE DU SOLIDE
Page(s) C2-132 - C2-132
DOI http://dx.doi.org/10.1051/jphyscol:1966232
COLLOQUE SUR LA SPECTROMÉTRIE DU SOLIDE

J. Phys. Colloques 27 (1966) C2-132-C2-132

DOI: 10.1051/jphyscol:1966232

RECOMBINAISON RADIATIVE DANS LE GERMANIUM FORTEMENT DOPÉ ET COMPENSÉ

J. CERNOGORA

Laboratoire de Physique de l'Ecole Normale Supérieure, Paris


Résumé
Nous avons étudié, aux températures de 4 °K, 14 °K et 20 °K, la recombinaison radiative du germanium dégénéré et compensé excité par une lampe à mercure. Les échantillons étudiés avaient tous le même nombre de donneurs ND = 1,5 × 1018 et différaient par le nombre d'accepteurs 6,5 × 1017 < NA < 4 × 1018. Le fait le plus remarquable est le déplacement d'ensemble du spectre vers les hautes énergies lorsque l'excitation augmente. Ceci pour tous les échantillons considérés. Par exemple pour l'un d'eux (ND = 1,5 × 1018 NA = 1,1 × 1018) on observe un déplacement de 15 meV pour une variation d'excitation d'un facteur 500. D'autre part la raie se trouve entre 680 et 705 meV alors qu'un échantillon de type n dopé à 1,3 × 1018 et non compensé donne une raie dont le maximum se situe vers 730 meV et reste indépendant de l'injection. En supposant l'existence de queues de densité d'états exponentielles, à la fois pour la bande de valence et la bande de conduction, on a calculé une forme de raie qui peut rendre compte d'une part de l'allure de la raie expérimentale (du moins à basse énergie) d'autre part des déplacements observés.